Les restaurateurs manifestent à Paris pour une réouverture rapide

Les professionnels de la restauration et de l'événementiel ont manifesté par milliers lundi 14 décembre 2020. Photo Mariette Thom

Le secteur de la restauration et de l’événementiel était dans la rue ce lundi 14 décembre 2020 à Paris. Rassemblés aux Invalides, les manifestants réclamaient une date de réouverture définitive et rapide.

Les professionnels du secteur de la restauration, de l’hôtellerie et de l’événementiel ont manifesté ce lundi 14 décembre 2020 après-midi aux Invalides à Paris. Deux syndicats hôteliers étaient à l’initiative de l’événement : l’Union des métiers de l’industrie et de l’hôtellerie (UMIH) et le Groupement national des indépendants (GNI). Selon eux, plus de 5 000 personnes sont venues réclamer une date de réouverture définitive et rapide. La date du 20 janvier 2021 avancée par le gouvernement pour les bars et restaurants reste encore incertaine.

Les Girondins de l’UMIH 33 étaient venus nombreux pour réclamer la réouverture de leurs restaurants et cafés. Photo Mariette Thom

« Laissez-nous travailler »

« Laissez-nous travailler, laissez-nous ouvrir, laissez-nous vivre ! », réclame Roland Héguy, président confédéral de l’UMIH. Sur l’estrade, les différents responsables syndicaux se succèdent. Ils répètent les mêmes arguments : les protocoles sanitaires sont sûrs, aucune étude ne prouve que les restaurants soient sources de contamination. « Tout le monde a le droit de travailler aujourd’hui sauf nous ! », s’indigne Roland Héguy.

Beaucoup de manifestants refusent d’être considérés comme « non essentiels ». Photo Mariette Thom

« Nous sommes essentiels », « on veut travailler », scandent les manifestants en réponse. « On pense qu’on devrait nous laisser ouverts, avec des restrictions sévères à la rigueur, explique Michel Freire, restaurateur à Tigery (Essonne). Quand on voit tous les gens serrés dans des bus pour aller dans les grandes surfaces, on a du mal à comprendre pourquoi on ne peut pas ouvrir. »

L’événementiel aussi touché

Sous les banderoles dans la foule, il n’y a pas que des restaurateurs et des gérants de bars. Traiteurs, extras de la restauration ou fournisseurs ont aussi fait le déplacement. La variété des profils témoigne des répercussions qu’ont les restrictions du secteur sur d’autres professions. « On fait 80 % de notre chiffre sur des fûts, estime Jérôme Picard, qui a créé sa brasserie artisanale Crazy Hops en Seine-et-Marne. Dès qu’il y a du confinement et que les bars sont fermés, c’est mort ! »

Vêtus de rouge et munis de ballons, les professionnels de l’événementiel étaient également en nombre. « On parle beaucoup des restaurateurs et des boîtes de nuit, mais pas assez des professions de l’événementiel », déplore Yvan Prudent, qui travaille dans les salons. « On est une industrie très importante, on fait travailler beaucoup de métiers connexes », renchérit sa consœur Stéphanie Stiker. Elle note que les principaux salons sont annulés jusqu’en septembre 2021 : « Si les salons restent à l’arrêt, beaucoup de gens ne repartiront pas non plus. »

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*