Never Eat Alone : «Les salariés ressentent de plus en plus le besoin de tisser des liens avec leurs collégues»

Never Eat Alone : «Les salariés ressentent de plus en plus le besoin de tisser des liens avec leurs collégues»

12 décembre 2017 Mieux vivre au travail 0

Les salariés lassé de manger le midi en tête à tête avec leurs carottes râpées sont nombreux. Une nouvelle application pour mobile leur permet de déjeuner avec les collaborateurs qu’ils ne connaissent pas encore. « Never Eat Alone » (Ne mangez jamais seul, NDLR) fonctionne selon les centres d’intérêt des utilisateurs. Alix Marie, responsable marketing de la jeune pousse, explique l’utilité de ce Tinder pour professionnels.

Quelle est l’origine de cette application ?

Il y a quelques années Marie Schneegans, la fondatrice, travaillait chez UBS à Zurich et elle s’ennuyait à midi. Elle a alors commencé à toquer aux portes de ses collègues pour rencontrer du monde à l’heure du déjeuner et s’est vite sentie intégrée. Elle s’est dit que si elle avait ressenti ce besoin de socialisation au sein de l’entreprise d’autres devaient le sentir aussi. L’idée de « Never Eat Alone », une application qui permet de déjeuner avec les collègues méconnus est née à ce moment là.

Est-ce important de favoriser les liens entre les salariés ?

Une personne sera plus productive au travail si elle est heureuse et si elle a envie de venir. Les entreprises ont pris conscience du besoin du bonheur au travail. Et ça passe par des échanges avec ses collègues. Les grandes entreprises font tout pour garder les talents et intégrer les nouveaux, le bien-être au travail est un facteur déterminant.

Le besoin de socialisation est-il bien réel ?

Oui, les salariés ressentent vraiment ce besoin. Il y a plusieurs raisons à cela. La première c’est que les gens ne travaillent plus aussi longtemps pour le même employeur. Il faut aussi faire un effort pour intégrer les millenials qui ont plus l’habitude des applis et réseaux sociaux. Il y a beaucoup d’entreprises avec une forte présence de consultants. Les dirigeants essayent donc de garder une culture entre employés de la même entreprise et s’assurent qu’ils se voient régulièrement entre eux, même ceux qui passent leur temps avec les consultants.

Lire aussi :  » Nous comptons la moitié des entreprises du CAC40 parmi nos clients »

Pourquoi répondre à ce besoin par la technologie ?

Les collaborateurs ont du mal à passer la barrière du « je ne connais pas cette personne ». Le digital permet de passer outre ces difficultés. Mais c’est difficile d’aborder une personne quand on ne sait rien d’elle. C’est pour ça que l’appli fonctionne selon un algorithme qui cherche les centres d’intérêt communs des salariés. Ensuite, « Never Eat Alone » propose des mises en relation qui rendent la connexion plus facile avant d’aller déjeuner ensemble.

Seuls les jeunes se rencontrent sur des applis, non ?

En fait, on a été surpris par le taux d’utilisation des seniors. Même s’il s’agit d’une application pour mobile les seniors sont généralement très contents de cette l’appli de rencontre. En plus nous demandons aux entreprises qui utilisent Never Eat Alone de nommer « des ambassadeurs », chargés d’organiser des évènements, et les seniors sont nombreux parmi les candidats s. On a aussi simplifié au maximum l’interface de l’appli. Vous avez le choix de rencontrer quelqu’un en fonction de vos centres d’intérêt ou pour faire du networking. Tout le reste c’est de l’humain.

Les nouvelles technologies ont toujours un impact positif sur le bien être ?

Ça dépend de comment dont on s’en sert. Moi je les vois plutôt de façon positive. Cependant, il faut essayer de limiter son temps sur les écrans, applis etc.

Propos recueillis par Patrick  Foltzenlogel