D’ou provient le succès des Urban soccer ?

Le week-end adultes et jeunes adultes pratiquent une activité très populaire :  L’Urban activité de foot à 5 qui s’est démocratisée depuis 2005 avec la création d’URBAN FOOT désormais URBAN SOCCER depuis sa fusion avec le groupe SOCCER FIVE, start-up créée par deux étudiants d’HEC. Je suis allé à la rencontre des pratiquants à l’Urban Soccer de Nanterre pour en savoir plus sur l’effervescence de ce sport et le succès de ce sport.

Une ambiance particulière

La salle située à une centaine de mètres de l’arrêt de RER A de la Défense est un complexe imposant. Elle est composé d’une dizaine de terrains en synthétiques. Les joueurs s’exclament, rigolent et parfois se disputent. Une ambiance qui mêle à la fois la bonne humeur des vainqueurs et la frustration des perdants. Le jeu est plus intense qu’un match de foot classique. Un des matchs est particulièrement intéressant, la partie disputée par 10 joueurs combine vitesse et précision dans les gestes.

Photo des terrains de l’URBAN SOCCER de Nanterre

Un espace dédié à la consommation

Cette entreprise possède de nombreux partenariats avec des grandes marques, Nike, Playstation de Sony etc… Les produits de sport très luxueux sont mis en valeur dans une boutique très moderne qui incite à la consommation. Les paires de chaussures sont exposées comme des trophées. Dans la boutique je rencontre Thomas un lycéen de 18 ans joueur amateur. « J’aime regarder ces paires qui valent 200€, un jour j’aimerais pouvoir frimer devant mes potes mais pour le moment je me contente de ma paire de Kipsta » s’exclame-t-il le sourire en coin. Il ajoute : « C’est vrai que ça fait plaisir d’exposer son matériel flambant neuf à ses potes ».

Un lieu de détente pour les joueurs

Le club-house, un lieu où les joueurs se rendent après leur partie pour boire un verre et regarder les matchs diffusés sur les écrans aux quatre coins de la pièce. Pour les joueurs se retrouver dans ce lieu permet d’effacer les disputes sur le terrain. Issa avoue : « Aujourd’hui je me suis fait peigner par mes collègues, j’ai pris un 7-1… Ca pique mais une bonne bière tous ensemble et j’oublie leurs remarques moqueuses ».

Des raisons diverses à la pratique de ce sport

 De nombreuses raisons motivent les personnes à pratiquer ce sport : « J’en avais marre de me peler les miches 3 jours par semaine à l’entrainement en plein hiver pour finir sur le banc ! Ca devenait chiant… Désormais le seul problème c’est de réunir les 9 autres personnes » déclare gaiement et vulgairement Clément un étudiant en Degead 2 à l’université Paris-Dauphine.

Certains y voient un challenge, l’Urban du week-end est l’occasion de montrer leurs derniers gestes techniques appris. « Ici on se permet de caler des roulettes, on tente des trucs… Jamais pendant un vrai match de foot je tente un sombrero sur mon adversaire » me confie Charles.

Une diversité d’activités qui plaît

Les joueurs sont  attirés par la diversité d’activités proposée dans les enceintes de l’Urban. Des activités qu’on ne retrouve pas sur les terrains de foot classique. « J’ai découvert le bubble-foot ici, une activité qui consiste à se foncer dessus et jouer au foot entouré d’un énorme  ballon gonflable ! Je pensais que ça n’existait que sur Facebook ce genre de conneries » témoigne en rigolant Hugo 20 ans, étudiant en médecine.

Photographie de bubble foot

D’autres aiment le lieu pour le professionnalisme du staff, Alain un cinquantenaire qui pratiquent le five depuis 5 ans s’exclame « Les gars du staff sont super sérieux, J’ai préparé l’anniversaire de mon gosse ici il y a un an. Ils ont rendu le truc magique. C’était super organisé. Les enfants n’ont pas perdu de temps. »

Des défauts

Cependant cette alternative au football classique présente des inconvénients, le prix est élevé pouvant atteindre jusqu’à 20€ par personne pour 1h30 de jeu. Martin l’ami de Clément ajoute tout sourire « 20€ en heure pleine c’est quand même cher ! Je ne me le permets pas tous les week-ends, si je suivais Clément je dépenserais plus de 2000€ par an en Urban ».

Un succès établi

La simplicité d’accès au jeu est le facteur essentiel de la réussite de ce sport. La flexibilité proposée par ces établissements a séduit les pratiquants qui ne se sentent plus contraints par la pratique régulière d’un sport. Ils ne se sentent pas redevables envers leur équipe.

 

Lucas Le Bras