L’enseignement rentre dans l’ère du numérique

L'entreprise Wipple met à disposition des enseignants des tableaux blancs interactifs. ©DR

Avec la révolution numérique en cours, de nouveaux outils à destination des enseignants font leur apparition. Applications web ou encore tableaux interactifs, ces dispositifs transforment les façons traditionnelles d’enseigner.

Nous avons tous eu, à un moment dans nos études, des enseignants plus orientés « cours magistraux » que d’autres. Des professeurs au centre d’un amphi, qui s’appuient sur une présentation et ne s’en éloigneraient pour rien au monde. L’interactivité enseignant-élève est à son plus faible, et la somnolence des étudiants à son plus fort. Les outils numériques peuvent permettre de sortir de ce modèle, où l’enseignant constitue le centre du cours.

L’apprentissage par le jeu

C’est le cas d’applications web de gamification comme Lalilo, un « outil pédagogique numérique d’accompagnement de l’apprentissage de la lecture/écriture ». La gamification, ou ludification en français, consiste à s’inspirer des mécanismes du jeu, puis à les transposer dans un domaine considéré comme « non-ludique », l’enseignement ici. Lalilo propose ainsi des activités numériques d’entraînement, de consolidation, d’usage et d’évaluation via le jeu. L’enseignant peut suivre et garder la trace des avancées et progrès de l’ensemble de ses élèves.

Lalilo est une application web d’apprentissage de la lecture et de l’écriture par le jeu. ©DR

Dans le même esprit que Lalilo, mais axée sur l’apprentissage de l’écriture, Peetch est une application web qui propose d’apprendre à écrire en collaborant avec ses camarades. Des éléments narratifs sont imposés, tels que « il était une fois », « ainsi » ou « finalement ». Les élèves rajoutent une phrase à tour de rôle pour co-construire leur histoire.

Plutôt qu’une révolution de l’enseignement, ces types d’outils numériques permettent de changer la nature de la relation que les enseignants entretiennent avec les étudiants. Ils permettent la co-construction des cours. Ces derniers deviennent des activités collectives favorisant l’appropriation du contenu pédagogique par les élèves d’une part, et la visualisation dynamique de la progression par les professeurs d’autre part.

Autre application web, Peetch propose d’apprendre à écrire en collaborant avec ses camarades. ©DR

Du tableau noir au tableau blanc interactif

D’autre acteurs se sont eux positionnés sur la création et la commercialisation d’outils de collaboration et d’apprentissage numérique. C’est le cas de l’entreprise Wipple, qui met à disposition de ses clients des tableaux blancs interactifs. Ils permettent un usage créatif très diversifié : de la simple prise de notes au brainstorming, en passant par la création d’ateliers pédagogiques par les enseignants (classer des nombres, ranger des verbes dans les bons groupes, texte à trous…). « Dans mon collège, il y a un tableau numérique par classe. Les profs l’utilisent surtout pour afficher des pages du manuel ou des documents au tableau », explique Elsa, élève en 3e au collège Cantelande à Cestas (Gironde).

D’après Thomas Lechat, présent dans l’aventure Wipple depuis maintenant quatre ans, « la formation des utilisateurs est l’une des priorités de l’entreprise ». Les enseignants possédant des tels outils suivent en effet une formation et restent en contact privilégié avec les équipes de Wipple.

Prise de notes, brainstorming, création d’ateliers pédagogiques, les usages des tableaux interactifs sont variés. ©DR

L’ensemble du contenu créé pendant les cours, en co-création enseignant-étudiant, peut ensuite être immédiatement transmis par mail ou tout autre support à tous les étudiants. On peut ainsi imaginer un schéma construit en commun avec les élèves et leur enseignant pour résumer un chapitre, ensuite transmis à tous. Des annotations peuvent être inscrite dessus pour préciser certaines éléments.

Le numérique se pose donc comme accompagnateur des enseignants dans leur démarche d’implication des étudiants. Mais pour en tirer bénéfice, une condition doit être respectée : que les enseignants soient suffisamment formés à ces nouveaux outils pour les prendre à leur compte et ne pas les subir.

Quentin Levy-Abegnoli

Leave a comment

Your email address will not be published.


*