L’Art de Naoki Urasawa

Du 13 février au 31 mars, le mangaka Naoki Urasawa fait l’objet d’une  rétrospective à l’Hôtel de Ville. L’exposition s’était d’abord installée au Festival d’Angoulême, où l’artiste avait reçu un Fauve d’honneur.

Si vous aimez l’univers des mangas, L’art de Naoki Urasawa s’annonce incontournable : riche d’explications sur le travail de l’auteur, l’exposition offre un véritable voyage dans les coulisses de la conception d’un manga. Si vous êtes novice en la matière, vous y trouverez également votre bonheur. Planches originales, storyboards, reproductions en grand format… Le coup de crayon de l’artiste, fin et précis, régalera les yeux du public même le moins averti.

Les visiteurs sont invités à participer  : sous une série de dessins de ses personnages les plus célèbres, comme le Kenji de 20th Century Boys, un rouleau de papier et des marqueurs sont mis à disposition des curieux pour qu’ils dessinent ou écrivent. Né en 1960 à Tokyo, Naoki Urasawa s’est imposé au fil des années comme un maître du manga pour adultes. Sur les murs de l’exposition, plus de 500 planches originales de ses mangas les plus connus, Pluto, Master Keaton, Billy Bat

Teintés de science-fiction et dotés d’un réalisme mordant, les dessins de Naoki Urasawa s’attachent à décrire la violence humaine à travers les détails accordés aux visages, aux gestes…Certaines scènes d’affrontement rappelleraient presque l’emblématique Akira de Katsuhiro Otomo, connu pour son ultraviolence. Mais Urasawa ne verse pas dans le manga noir et livre une oeuvre plus poétique et mélancolique : il peint aussi des scènes de combat sportif entre adolescents (Yawara! en 1990, série sportive sur le judo qui lui a rapporté le 35e prix Shôgakukan), des déclarations d’amour entre hommes et robots…

On verrait presque l’influence de Jiro Taniguchi dans certaines de ses planches où les protagonistes, devant un paysage désertique, ont le regard perdu. Pluto (2003), quant à lui hommage à son idole Osamu Tezuka, se veut comme une relecture d’Astro Boy, mais avec, pour touche personnelle, des scènes contemplatives. Objet principal d’étude pour le mangaka  : l’humanité, qu’il veut voir prendre conscience de ses propres travers. Pour cela, Urasawa conçoit une panoplie de personnages très variés  : Gesicht est par exemple un robot au corps solide, mais sans mémoire  ; il fait face à Pluto, un robot sans corps mais ayant un passé difficile.

Chacun des personnages du mangaka a une part d’ambiguïté : pas de manichéisme chez Urasawa, aucun personnage n’est bon ou mauvais. Billy Bat est par exemple le récit d’une quête identitaire associée au mal, et non résolue. Un thème intemporel.

 

Jusqu’au 31 mars, Hôtel de Ville, Paris 4e. Tél : 01 42 76 40 40.

– Clélia Bayard 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.